Liste des 3 investisseurs actifs pour des parcs éoliens en mer du Nord

Liste des 3 investisseurs actifs pour des parcs éoliens en mer du Nord

En mai 2022, la déclaration d’Esbjerg a été établie par la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, le chancelier allemand, Olaf Scholz, et les premiers ministres du Danemark, de la Belgique et des Pays-Bas. La déclaration décrit la stratégie des pays pour travailler en harmonie les uns avec les autres afin de co-développer 150 GW d’énergie éolienne offshore dans la mer du Nord d’ici 2050. La capacité installée actuelle est de 15GW, ce qui nécessite une augmentation de 135GW en 28 ans, ce qui permettra de répondre aux besoins annuels en électricité de 150 millions de foyers européens. Les plans nécessitent des investissements à grande échelle dans les infrastructures du réseau offshore, les installations portuaires et une action cohérente pour simplifier les demandes de permis. Le premier objectif de la déclaration d’Esbjerg est de 65 GW à développer d’ici 2030 et nécessitera un engagement important de la part des plus grands développeurs et investisseurs européens dans le domaine de l’éolien en mer, notamment RWE et Orsted. Les entreprises présentées font partie des Liste des 250 plus grands investisseurs dans les énergies renouvelables en Europe.

1) RWE (Allemagne)

Le géant allemand des énergies renouvelables vise à investir 50 milliards d’euros d’ici 2030 donc, à étendre leur portefeuille déjà vaste à 50GW. En plus de leurs plans préexistants pour développer le projet à grande échelle Dublin Array, RWE vise à être à l’avant-garde du développement offshore en mer du Nord. Le groupe allemand a déjà réalisé des projets offshore en mer du Nord. En janvier 2022, RWE a terminé la mise en service de la turbine de son projet Triton Knoll de 860 MW en mer du Nord britannique. Le projet Triton Knoll est l’un des plus grands parcs éoliens du monde et produira suffisamment d’énergie pour alimenter 800 000 foyers par an. RWE vise à renforcer sa position en mer du Nord par le biais de sa coentreprise avec Northland Power pour développer 1,3GW de projets offshore allemands. Le groupe allemand cherchera également à s’implanter sur le marché néerlandais, puisqu’il a soumis des offres pour deux projets Hollandse Kust West, qui auront une capacité installée de 760 MW. RWE adoptera une approche unique du projet en combinant le projet offshore avec une capacité d’électrolyseur de 600MW, des chaudières électroniques et un stockage sur batterie, le tout en harmonie avec l’écosystème de la mer du Nord.

2) Orsted (Danemark)

Un autre acteur clé dans le développement de projets éoliens offshore en mer du Nord est le groupe danois spécialisé dans les énergies renouvelables, Orsted. Le groupe danois peut se targuer d’une vaste expérience dans le financement et le développement de projets éoliens offshore. Orsted a pour objectif d’investir directement ou de permettre l’investissement de 14 milliards de livres sterling dans la région britannique de Humber, selon l’étude d’impact économique des investissements d’Orsted réalisée par Metro Dynamics et Orsted. Cela s’ajoutera à l’investissement de 9,5 milliards de livres sterling dans le port de Grimbsy et le projet offshore Westermost Rough, qui a débuté en 2012. Orsted, en coopération avec l’ATP, vise à être à la pointe du développement de l’éolien offshore qui découlera de la déclaration d’Esbjerg. En avril 2022, le duo a annoncé son intention de développer ce qu’il appelle « l’île énergétique de la mer du Nord », qui sera constituée d’éoliennes en mer et dont l’île, construite sur des terres récupérées, servira de plaque tournante pour relier les parcs. L’île énergétique de la mer du Nord nécessitera un investissement de 210 milliards de couronnes danoises et, une fois pleinement opérationnelle, aura une capacité potentielle de 10GW.

3) EDP (Espagne)

Le groupe espagnol spécialisé dans les énergies renouvelables, en partenariat avec Engie, a formé Ocean Winds, un fonds d’investissement qui cible les projets éoliens offshore. À ce jour, le duo a acquis des projets au large des côtes du Royaume-Uni, du Portugal et de la Belgique. En juin 2022, EDP a annoncé son intention d’investir 1,5 milliard d’euros dans des projets d’éoliennes offshore d’ici 2025. Les investissements seront réalisés par le biais de leur véhicule d’investissement, Ocean Winds. EDP vise à acquérir 5 à 7 GW de projets actuellement en exploitation ou en construction, ainsi que 5 à 10 GW à des stades de développement avancés. Ocean Winds gère actuellement un portefeuille de plus de 11 GW. Celui-ci comprend un projet de 487 MW en mer du Nord au large de la Belgique, contenant les projets Seastar et Mermaid, qui est opérationnel depuis 2020. En raison de leur expérience dans la région, il est probable que le duo jouera un rôle clé dans le développement des projets attribués suite à la déclaration d’Esbjerg. En mai 2022, Ocean Winds a soumis une offre pour le projet Hollandse Kust West 6, avec une capacité installée potentielle de 800MW, EDP et Engie s’efforçant d’exploiter le potentiel qu’offre la mer du Nord.

Source: Renewables.Digital Source d’image: Unsplash

Comments are closed.